Le festival de Gerardmer 2012

Le festival de Gerardmer (petite ville proche de Mulhouse), ou Fantastic’Arts est LE festival international fantastique. Des longs et courts métrages fantastiques, d’horreur, sont présentés en compétition, qui dure 5 jours en général. Le festival présente aussi des expos, des arts graphiques divers, des BD… La 19ème édition vient d’achever. Petit tour d’horizon de ce festival incontournable. L’affiche est particulièrement belle cette année.

Affiche de Gerardmer fantastic

Anciennement appelé festival d’Avoriaz (qui a été crée en 1973), le festival de Gerardmer a déjà vu défiler les plus grands films de genre, accompagnés des maîtres comme on dit. Je pense notamment à John Carpenter (Halloween,1978) qui, en 1995 était président du jury, ou encore à Tobe Hooper (Massacre à la tronçonneuse, 1974) qui faisait parti de ce jury.
Le festival a le mérite de solliciter des personnalités venant d’univers divers et variés pour juger les films (Quoi de mieux pour faire connaître ce genre de cinéma?). On a notamment vu Harry Roselmack faisant parti du jury pour les courts métrages en 2008 (avec Aurélien Wiik jouant dans Frontières de Xavier Gens, 2008), Vanessa Demouy (starlette tv), pour les longs métrages en 1998, ou encore la chanteuse Emilie Simon, dans le jury longs métrages en 2007.

Comme tout festival, le festival de Gerardmer remet plusieurs récompenses. Parmi les prix décernés, le plus prestigieux est le grand prix (dont les gagnants ont été notamment Morse de Tomas Alferdson, mais aussi à Cube de Vincenzo Natali en 1999, ou encore Scream de Wes Craven en 1997). Vient ensuite le prix spécial du jury (décerné à Grace de Paul Solet, mais aussi à Saw de James Wan en 2005 ou encore l’excellent La secte sans nom de Jaume Balaguero en 2000).

Le public peut assister aux séances, des pass différents existent en fonction des journées. C’est l’occasion de découvrir des films en avant premières ou qui seront peu ou pas diffusés ensuite dans les cinémas. Par conséquent, le public décerné le prix du public. Midnight Meat Train de Ryuhei Kitamura,  Rec de Jaume Balaguero l’année précedente, ou encore les moutons fous et modifiés Black Sheep l’ont remporté.

Les films présentés au festival de Gerardmer correspondent à une thématique. Le festival fantastique s’axera sur les mondes parrallèles en 2001, l’apocalypse en 2002, la peur en 2003 ou encore le chiffre 13 en 2006.

Pour cette année 2012, Gerardmer a eu pour président Enki Bilal, qui est réalisateur, mais surtout dessinateur de BD, d’un style plutôt sombre:

BD de Enki Bilal

Accompagné de Tonie Marshall (réalisateur de Vénus Beauté Institut, 1998), Joann Sfar (réalisateur de Gainsbourg, vie héroïque, 2010 mais également dessinateur), Tomer Sisley (acteur connu surtout comme humoriste), entre autres, Enki Bilal a remit le Grand Prix à Babycall de Pal Sletaune. Film norvégien, il m’a l’air excellent. Il raconte l’histoire d’Anna qui s’installe avec son fils Anders, âgé de 8 ans, dans un grand immeuble résidentiel. Terrifiée à l’idée que son ex-mari ne les retrouve, Anna achète un babycall pour s’assurer qu’Anders soit en sécurité pendant son sommeil. Mais des bruits inquiétants semblent provenir d’un autre appartement : grâce au babycall, Anna entend même ce qu’elle croit être le meurtre d’un enfant. De son coté, Anders se prend d’amitié pour un mystérieux garçon aux cheveux noirs qui va et vient comme bon lui semble…Jugez par la bande annonce:


Le public du festival de Gerardmer a décerné son prix à Eva de Kika Maillo, film franco espagnol qui met en scène l’histoire d’Eva, qui servira de modèle pour un androide, pour son oncle.  Bande annonce:

Concernant le reste de la compétiton, The moth diaries de mary Harron a l’air très intéressant, d’autant plus que c’est l’oeuvre d’une femme, chose rare dans le cinéma de genre. Le film a également été présenté au festival de Toronto. Rebecca se lie d’amitié avec une Lucy qui se deviendra amie avec une Ernessa apriori néfaste pour Lucie: son corps jeune et en pleine santé laisse peu à peu place à une silhouette pale et maladive, comme vidée de toute substance vitale.
Beast du danois Christoffer Boe, a l’air également excellent:

On notera également la présence du film coréen  The Cat, de Byun Seungwook, une histoire de chat maléfique.

Le festival de Gerardmer c’est aussi des films hors compétition. Le très attendu The Divide de Xavier Gens (Frontière(s)), film tourné par le français aux USA, The Caller de Matthew Parkhill qui raconte l’histoire d’une femme harcelée par téléphone par une femme venant du passé. Était présent également The Theâtre Bizarre de Douglas Buck et Buddy Giovinazzo, qui a déjà fait parler de lui en raison de plusieurs évanouissements provoqués par le visionnement de cet ensemble de 7 courts métrages. Le dernier film de Francis Ford Coppola était aussi à l’affiche avec Twixt (l’oublié Val Kilmer dans le rôle titre), dans le registre fantastique/thriller.
The Incident d’ Alexandre Courtès m’a l’air bien barré (c’est le cas de le dire), des jeunes travaillant dans un asilese retrouvent aux mains d’ une tempête. Le système de sécurité tombe en panne. Les portes s’ouvrent et les occupants de l’asile s’échappent de leurs cellules… 

Bref, il n’y a pas de quoi manquer. Un jour j’irais…

Bonus

Reportage sur l’hommage du festival de Gerardmer pour l’acteur Ron Perlman

 Reportage sur les coulisses 

Publicités

Une réflexion sur “Le festival de Gerardmer 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s